6.8.06

CHINE : Répression contre une église protestante dans l'Est de la Chine

Le Monde - 6-08-2006

La destruction par les forces de l'ordre, le 29 juillet dernier, du temple protestant de Danshan, près de Hangzhou, dans la province côtière du Zhejiang (Est de la Chine), a conduit ces jours derniers à un cinquantaine d'arrestations, signe de tensions croissantes entre une communauté chrétienne "non officielle" de plus en plus frustrée de manquer de lieux de cultes, et des autorités suspicieuses de tout mouvement religieux de masse.

Vendredi 4 août, China Aid Association, une organisation chrétienne américaine qui recueille des informations sur la répression religieuse en Chine, a annoncé sur son site Internet trois nouvelles arrestations. Un jeûne de soutien serait en train de s'organiser dans d'autres milieux protestants en Chine.

Les arrestations et les destructions de lieux de culte non officiels, protestants ou catholiques, sont fréquentes en Chine. Mais le district de Xiaoshan, dans le Zhejiang, est l'un des berceaux des missions évangélisatrices de la fin du XIXe siècle. Il abriterait aujourd'hui quelque 100.000 chrétiens qui se réclament de l'héritage du méthodiste britannique Hudson Taylor, le fondateur de la China Inland Missionary.

Les chrétiens de Xiaoshan, comme les autres protestants chinois clandestins, ont toujours refusé de rejoindre l'église officielle protestante chinoise, appelée le Mouvement patriotique des trois autonomies, qui regroupe une quinzaine de millions de membres. A ce titre, ils font partie de la nébuleuse des "églises à domicile", dont le nombre de pratiquants, toutes tendances confondues, est estimé entre 30 et 50 millions.

POLICE ANTIÉMEUTE ET BULLDOZERS

Malgré une certaine tolérance des autorités, l'augmentation du nombre de fidèles dans les zones rurales inquiète. La pression sur les terres, notamment dans des provinces riches comme le Zhejiang, peut conduire à des conflits. Le temple de Danshan, dont le bâtiment original date de 1921, devait être reconstruit sur un site appartenant à un couple de chrétiens.

Mais le gouvernement local aurait eu d'autres projets pour ce terrain. La pusillanimité des autorités aurait poussé les chrétiens à construire, très vite et sans autorisation, leur lieu de culte, rapporte dans un communiqué l'Alliance des églises à domicile chinoise.

Le 29 juillet après-midi, ils étaient plusieurs milliers massés dans le temple quand la police antiémeute, puis les bulldozers, sont intervenus, maltraitant et blessant plusieurs des personnes présentes. Les victimes dénoncent des tortures et des disparitions.

Brice Pedroletti

Source : Le Monde

Aucun commentaire: