15.4.06

ROUMANIE : La restitution des biens spoliés par les communistes fait des mécontents

LE MONDE | 14.04.06

La demeure de "Vlad l'Empaleur", un château qui a inspiré à Bram Stoker le premier livre sur Dracula, le vampire des Carpates, sera restituée par les autorités roumaines, début mai, à Dominic de Habsbourg, architecte aux Etats-Unis et petit-fils de la princesse Ileana de Roumanie. Au coeur de la Transylvanie, région située au centre de la Roumanie, ce bijou d'architecture a été construit sur un rocher des Carpates dans le village de Bran par les chevaliers teutoniques.

A Bran, les villageois n'apprécient pas la décision du gouvernement car ils considèrent que leur château, aujourd'hui un musée ouvert à tout le monde, appartient à leur patrimoine. En outre, la municipalité craint de perdre une source de revenus. "C'est un événement important pour moi, a déclaré le descendant des Habsbourg. J'ai passé mon enfance dans ce château, j'en garde des souvenirs merveilleux." C'est ce genre de souvenirs qui ont poussé, en 2001, l'ancien roi Michel de Roumanie et sa famille exilée à Versoix, en Suisse, à revenir pour se faire restituer un palais à Bucarest.

LOCATAIRES DE LUXE

L'empressement des autorités roumaines à rétrocéder les propriétés confisquées par le régime communiste aux têtes couronnées qui ont jadis gouverné le pays n'a pas été le même pour tous les 210 000 Roumains dépossédés de leurs maisons et de leurs terres à la même époque. Environ 8 % d'entre eux seulement sont parvenus à les récupérer au terme de procès intentés à l'Etat.

La plupart des maisons nationalisées étaient des villas que le régime communiste avait offertes à la nomenklatura du parti et aux officiers de la Securitate. Une loi, votée en 1995, a permis à ces locataires de luxe d'acheter pour des sommes modiques ces demeures qui, aujourd'hui, valent des centaines de milliers d'euros. "Ministres, secrétaires d'Etat, parlementaires, quelle que soit leur couleur politique, en ont tous profité, lance Maria Theodoru, présidente de l'Association des propriétaires expropriés. Il est parfaitement normal que la famille royale retrouve ses propriétés nationalisées. A une condition : qu'on applique la même règle à tout le monde !"

Dana Gruia-Dufaut, une avocate dont la famille s'est exilée en France pendant la dictature, a voulu récupérer la maison de sa famille. Mais celle-ci est habitée par un certain Serban Altangiun qui dirigeait, dans les années 1980, l'entreprise d'exportation d'Etat Mercur. L'homme d'affaires converti à l'économie de marché refuse de restituer la maison.

Le nouveau gouvernement de Bucarest a créé l'année dernière un fonds baptisé "La propriété", destiné à dédommager les anciens propriétaires avec des actions d'entreprises qui restent à privatiser. Mais les expropriés refusent de se contenter de promesses. Ils redoutent que la restitution des propriétés à la famille royale ne soit qu'un écran de fumée pour faire bonne figure auprès des instances européennes avant l'adhésion à l'Union.

Mirel Bran

1 commentaire:

Askinstoo a dit…

Very nice! I found a place where you can
make some nice extra cash secret shopping. Just go to the site below
and put in your zip to see what's available in your area.
I made over $900 last month having fun!
make extra money