15.4.06

MOLDAVIE : La Russie est irritée par une mission de l'UE à la frontière de la Moldavie

Le Monde 13 avril 2006

C'est une mission peu connue, une première dans l'espace ex-soviétique : depuis la fin 2005, des contrôleurs de l'Union européenne sont déployés à la frontière entre l'Ukraine et l'enclave de la Transnistrie, un petit territoire de 700 000 habitants, peuplé en majorité de Russophones, qui a fait sécession de la Moldavie à l'issue d'une guerre en 1992. Ce dispositif, dirigé par un Néerlandais, Andriaan Jacobovits de Szeged, représentant spécial de l'Union européenne pour la Moldavie, s'intitule "mission d'aide à la gestion des frontières". Il vise à aider la Moldavie et l'Ukraine, qui veulent se rapprocher de l'Europe, à se conformer aux normes de sécurité et de contrôles frontaliers.

La mission, basée à Odessa, compte en tout 130 membres, dont de nombreux garde-frontières et douaniers issus des nouveaux Etats membres de l'Union européenne, choisis notamment parce qu'ils parlent russe.

La Russie, qui soutient depuis des années les visées autonomistes de la Transnistrie, région où elle dispose d'une force armée d'environ 1 500 hommes, a réagi avec irritation. L'affaire a pris une tournure aiguë à partir du 3 mars, lorsque l'Ukraine a décidé d'interdire l'entrée sur son territoire, à partir de la Transnistrie, de chargements de camions non enregistrés par les autorités de Moldavie.

Cette République, dont le pouvoir du président Vladimir Voronine veut "intégrer l'Union européenne", cherche à mettre fin au statut de "trou noir" de la Transnistrie, qui est devenue au fil des ans une plaque tournante pour de nombreux trafics.

"CONVOIS HUMANITAIRES"

La Transnistrie, république "autoproclamée "" non reconnue internationalement, est dirigée depuis 1991 avec une main de fer par le communiste Igor Smirnov. Il prévoit d'organiser un référendum sur l'indépendance. Il est détenteur du passeport russe, comme de nombreux habitants de cette enclave, perçue à Moscou comme un avant-poste stratégique face à l'Union européenne et l'OTAN.

M. Smirnov a décidé après le 3 mars de contrecarrer la nouvelle réglementation ukrainienne en bloquant les points de passages frontaliers de la Transnistrie. Il a présenté cet état de fait comme un "blocus" orchestré par l'Ukraine. Des files de camions se sont formées à la frontière, avant que les restrictions soient allégées.

A Moscou, des officiels et les médias d'Etat ont crié à la "catastrophe humanitaire" en Transnistrie. La Douma a voté le 10 mars un texte dénonçant un "blocus économique". A l'initiative du parti pro-Poutine, Russie unie, des "convois humanitaires" sont partis de plusieurs villes russes, chargés de nourriture et de médicaments. Le dernier en date a quitté Volgograd, mercredi 13 avril.

L'intérêt de la Russie pour la Transnistrie ne relève pas seulement de considérations géopolitiques. Des groupes industriels russes sont soupçonnés d'avoir des intérêts dans les principales usines de la région, notamment les aciéries Rybnitski.

Les contrôleurs de l'Union européenne, qui sont déployés du côté ukrainien de la frontière, ont pour tâche de vérifier des contenus de camions, et d'aider à la formation des douaniers locaux. Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a critiqué le soutien des Européens à la nouvelle politique frontalière de l'Ukraine. Celle-ci, note un diplomate européen, a fait preuve sur cette question "d'une forte volonté politique" depuis l'arrivée au pouvoir du président pro-occidental Viktor Iouchtchenko.

Au coeur de ce dossier se trouve la question des frontières extérieures de l'Union européenne, dont la Roumanie doit devenir membre en 2007. La Russie, constate une source européenne, "fait tout" pour que les négociations sur le statut de la Transnistrie, qui impliquent l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et l'Union européenne, "n'avancent pas", et pour que cette bande étroite de territoire devienne à terme "une sorte de deuxième Kaliningrad".

Natalie Nougayrède
Article paru dans l'édition du 14.04.06

Aucun commentaire: